Du côté du Fonds d'Infrastructure flamand pour les affaires personnelles (VIPA), le fonds par lequel le gouvernement flamand investit dans les infrastructures de soins, on n'accorde plus d'autorisations pour de nouveaux projets de construction ou de rénovation dans les hôpitaux car la manne est vide.

Mais comment faire alors pour ne pas bloquer les projets de construction dans le secteur hospitalier ? L'Association Belge des Directeurs d'Hôpitaux (ABDH) plaide, à travers un livre blanc, pour avoir la possibilité de financer des projets de construction à partir de financements privés. Mais pour cela, ils ont besoin d'une sécurité juridique qui évitera que ces projets soient pénalisés.
" Actuellement, le gouvernement ne prévoit pas d'argent - et donc pas d'autorisation - pour de nouvelles constructions ou rénovations dans les hôpitaux. Il s'en tient à la règle de ne pas construire sans l'autorisation de VIPA. Nous sommes dans une impasse. C'est pour cette raison que les directeurs d'hôpitaux demandent d'urgence au gouvernement la possibilité de pouvoir construire moyennant un financement propre et des garanties que ces projets à financement propre ne soient pas désavantageux ", explique le communiqué de l'ABDH.


Plus de garanties pour un financement alternatif

L'association donne l'exemple de " cession bail " comme système de financement alternatif. " Le cession-bail implique que l'administration de l'hôpital préfinance la construction, vende le bâtiment fini au bailleur de fonds, qui à son tour loue l'immeuble pendant 15 ans au Conseil, après quoi le Conseil rachètera le bâtiment à sa valeur résiduelle. Le cession-bail permet le financement à long terme " explique l'ABDH. Ce qui coince, c'est que le secteur bancaire n'a aucune garantie de rachat par le Conseil. L'association demande donc au gouvernement de fournir ces garanties.

Enfin, l'association fait part de ses craintes de devoir augmenter le prix d'admission et journalier pour le patient si elle n'arrive pas à trouver un terrain d'entente avec le gouvernement.

Du côté du Fonds d'Infrastructure flamand pour les affaires personnelles (VIPA), le fonds par lequel le gouvernement flamand investit dans les infrastructures de soins, on n'accorde plus d'autorisations pour de nouveaux projets de construction ou de rénovation dans les hôpitaux car la manne est vide. Mais comment faire alors pour ne pas bloquer les projets de construction dans le secteur hospitalier ? L'Association Belge des Directeurs d'Hôpitaux (ABDH) plaide, à travers un livre blanc, pour avoir la possibilité de financer des projets de construction à partir de financements privés. Mais pour cela, ils ont besoin d'une sécurité juridique qui évitera que ces projets soient pénalisés. " Actuellement, le gouvernement ne prévoit pas d'argent - et donc pas d'autorisation - pour de nouvelles constructions ou rénovations dans les hôpitaux. Il s'en tient à la règle de ne pas construire sans l'autorisation de VIPA. Nous sommes dans une impasse. C'est pour cette raison que les directeurs d'hôpitaux demandent d'urgence au gouvernement la possibilité de pouvoir construire moyennant un financement propre et des garanties que ces projets à financement propre ne soient pas désavantageux ", explique le communiqué de l'ABDH. Plus de garanties pour un financement alternatif L'association donne l'exemple de " cession bail " comme système de financement alternatif. " Le cession-bail implique que l'administration de l'hôpital préfinance la construction, vende le bâtiment fini au bailleur de fonds, qui à son tour loue l'immeuble pendant 15 ans au Conseil, après quoi le Conseil rachètera le bâtiment à sa valeur résiduelle. Le cession-bail permet le financement à long terme " explique l'ABDH. Ce qui coince, c'est que le secteur bancaire n'a aucune garantie de rachat par le Conseil. L'association demande donc au gouvernement de fournir ces garanties. Enfin, l'association fait part de ses craintes de devoir augmenter le prix d'admission et journalier pour le patient si elle n'arrive pas à trouver un terrain d'entente avec le gouvernement.