Tout sur Absym

Tant pour le financement des soins à basse variabilité que pour la création et la gestion des futurs réseaux hospitaliers loco-régionaux, les conseils médicaux doivent s'impliquer et se professionnaliser pour défendre les intérêts du corps médical. A l'avenir, de nombreuses décisions devront être prises par consensus entre le gestionnaire et les médecins hospitaliers. A ces derniers de bien s'y préparer.

C'est une enquête nationale de l'Absym qui le révèle: plus de la moitié des généralistes (53%) et des spécialistes (60 %) sont favorables à un "filtre" pour les études de médecine bien qu'ils reconnaissent avoir été majoritairement contre le numerus clausus durant leur propre formation. L'enquête a été menée auprès d'envrion 1.300 répondants.

Dans les futurs réseaux hospitaliers loco-régionaux, les médecins devraient avoir plus de poids lors des négociations avec les gestionnaires parce qu'ils auront plus souvent l'occasion d'exprimer leurs avis au travers du Conseil médical de réseau. "Chaque décision qui a un impact sur l'organisation médicale sera prise en commun accord ", a promis la ministre.

Le Comité de l'assurance de l'Inami a approuvé aujourd'hui une proposition de répartition de l'objectif budgétaire de l'assurance soins de santé pour l'année 2018. L'objectif budgétaire pour l'année 2018 s'élève à 25,450 milliards d'euros. L'effort à réaliser s'élève à 237,9 millions d'euros dont 36 millions pour les médecins.