Tout sur Laurent Zanella

À l'instar de nombreuses crises, celle liée au Covid-19 a causé énormément de torts, mais a également permis de faire émerger de nouvelles idées. C'est typiquement le cas de l'e-santé au sens large qui a vu son utilisation exploser en deux ans. Le recours à la télémédecine est devenu quotidien, mais il n'est pas encore suffisamment encadré, notamment légalement. Le 25 mai, le KCE a publié un rapport sur le télémonitoring, où il se positionne: "Le télémonitoring sera amené à jouer un rôle important en médecine à l'avenir...mais de nombreux aspects doivent encore être peaufinés."

Fin août, l'Inami livrait son premier rapport concernant l'impact du Covid-19 sur les remboursements des soins de santé. " Il s'agit tant d'une indication des coûts supplémentaires que d'une indication des baisses des recettes sur le terrain en raison du Covid-19 ", estime l'institut.

Malgré la baisse de l'activité hospitalière, les hôpitaux ont connu une hausse de déchets dangereux liés au Covid-19. Le traitement de ces déchets de type B2 s'effectue via co-incinération. Une co-incinération qui implique un flux d'autres déchets qui a été mis à mal par l'activité économique en berne et le confinement. D'où un risque de ne pas pouvoir éliminer tous les déchets hospitaliers.

L'institution namuroise signait fin de l'été un Contrat de performance énergétique (CPE) avec Engie. Le but : réduire la consommation énergétique de l'hôpital de plus de 15%.

Débutés en juin 2014, les travaux du mastodonte liégeois sont quasi terminés. Néanmoins, l'hôpital, qui devait ouvrir ses portes en avril dernier, a dû revoir ses plans. Le 16 mai, la date de mi-février 2020 est tombée. Une décision annoncée à l'occasion du weekend chantiers ouverts qui a vu 8.200 curieux visiter la clinique le 19 mai dernier.