Tout sur Philippe Devos

Tant pour le financement des soins à basse variabilité que pour la création et la gestion des futurs réseaux hospitaliers loco-régionaux, les conseils médicaux doivent s'impliquer et se professionnaliser pour défendre les intérêts du corps médical. A l'avenir, de nombreuses décisions devront être prises par consensus entre le gestionnaire et les médecins hospitaliers. A ces derniers de bien s'y préparer.

Ce qui est dans l'accord médico-mut est écrit dans l'accord gouvernemental : on va vers l'honoraire pur, constate Philippe Devos, administrateur en vue de l'Absym. "Tout ce qui peut empêcher que nous soyons les banquiers des hôpitaux va dans le bon sens."