Tout sur Wallonie

S'il y a bien un contexte où l'adjectif " kafkaïen " a toute sa place, c'est dans la réglementation en matière de transport des malades - un système d'une complexité cauchemardesque et absurde où plus personne ne s'y retrouve, que ce soit au Nord ou au Sud du pays.

La commission de la Santé de la Chambre a adopté mardi, en deuxième lecture, le projet de loi organisant les hôpitaux en un maximum de 25 réseaux à l'horizon 2020, 13 en Flandre, 8 en Wallonie et 4 à Bruxelles, avec au minimum un réseau pour 400.000 habitants.

En Wallonie, la constitution des huit réseaux hospitaliers loco-régionaux est bloquée par un vide juridique concernant la collaboration entre institutions privées et publiques. La ministre Valérie De Bue a fait adopter le 8 novembre par le gouvernement wallon un avant-projet de décret visant à sécuriser sur le plan juridique toute forme de rapprochements.

Dans son budget 2019, qui marque le retour de la Région à l'équilibre budgétaire, la Wallonie a prévu 17 millions d'euros pour préparer la mise en place de son assurance autonomie, dont 15 millions pour les Services d'Aide aux Familles et aux Aînés (SAFA) et 2 millions pour les Aides ménagères sociales. Cinq millions d'euros ont également été prévus pour améliorer la prise en charge des personnes handicapées 'cas prioritaires' en matière de handicap et un million supplémentaire pour la prévention santé liée au dépistage du cancer.

L'accréditation Canada International (ACI) a décerné à la Clinique Saint-Luc de Bouge l'accréditation niveau Or. L'objectif de l'hôpital namurois est bien entendu la reconnaissance de la qualité de son travail. Pas seulement pour les trois prochaines années, mais également pour la suite avec une démarche d'amélioration continue.

C'était dans l'air, c'est désormais chose faite : le Gouvernement wallon a approuvé, en première lecture, le projet de décret visant à mettre en place l'assurance autonomie. Pour rappel, l'objectif de cette dernière est de déployer une couverture sociale pour répondre aux besoins liés à l'allongement de la vie et à la perte d'autonomie.

Le tout récent décret wallon encadrant les structures d'hébergement non agréées (SHNA) pour personnes en difficultés prolongées - parfois appelées les "maisons-pirates" - risque de mener à des exclusions de résidents et à des difficultés financières, a averti mercredi Jean-François Blanche, directeur de La Villa Blanche, lors d'une conférence de presse à Liège.

"Je n'ai fait qu'approuver un projet rédigé et accepté dans le consensus, y compris par toutes les mutualités. L'idée est d'améliorer le dépistage du cancer du sein chez les femmes, ce n'est pas le contraire", déclare la ministre de la Santé publique Maggie De Block dans une interview donnée samedi au journal L'Echo. Entre-temps, une nouvel arrêté royal va suspendre l'arrêté controversé. De son côté, l'Institut Bordet appelle à une approche basée davantage sur des risques objectivables.

Une étude menée par Solidaris démontre que les personnes de 65 ans et plus sont trop peu nombreuses à être vaccinées contre la grippe en Belgique, même si parmi cette population, les plus âgés et les plus malades de même que ceux qui ont un DMG auprès de leur médecin traitant sont davantage vaccinés. Elle relève en outre que le taux de vaccination de cette population a sensiblement diminué ces dernières années, en particulier en Wallonie et à Bruxelles.

L'assurance autonomie, cette cotisation de 50 euros par an que la toute grande majorité des résidents de Wallonie de 26 ans et plus devront verser pour aider les personnes en perte d'autonomie, a été confirmée par le gouvernement MR-cdH via une note de la vice-présidente cdH Alda Greoli approuvée cette semaine au gouvernement wallon.

En Wallonie, le taux annuel de décès est en moyenne de 10,6 décès pour 1.000 habitants âgés de plus d'un an. L'IWEPS recense les causes de décès.

Sept Flamands sur dix ont un DMG. A Bruxelles et en Wallonie, la moitié de la population en a un. En 2016, l'Inami a versé près de 220 millions d'euros pour les honoraires du DMG.

La volonté soudaine du cdH de ne plus travailler au sein des entités fédérées avec les socialistes - devenus "infréquentables" - risque d'impacter de nombreux dossiers "santé" en charge des gouvernements bruxellois, wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le jdM dresse une liste non-exhaustive des projets et décisions qui risquent de connaître un bon coup de frein.

Senior Assist, exploitant de 34 maisons de repos installées principalement à Bruxelles et en Wallonie, doit faire face à une situation difficile. L'entreprise propose mettre à l'étalage un certain nombre de maisons de repos pour pouvoir contrer ses difficultés. La situation est fort délicate.

Parmi les 1.327 chauffeurs sondés par l'Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR), 11% déclarent conduire une fois par semaine sous l'influence de médicaments pouvant altérer les capacités de conduite. Ces chiffres surprenants sont au coeur d'une large campagne qui vient d'être lancée par l'AWSR et qui compte sur la collaboration des généralistes et des pharmaciens.

Le projet de développement d'une approche intégrée pour le diagnostic de la qualité des eaux de la Meuse baptisé DIADeM a été officiellement lancé à Namur lors d'une journée de conférences à destination notamment des partenaires du projet. Dans le cadre du nouveau programme INTERREG (France, Wallonie, Flandre), DIADeM vise à identifier et à mesurer les perturbations dues aux rejets des stations d'épuration (STEPs), notamment des résidus médicamenteux, sur les organismes aquatiques du milieu récepteur.

Dans le cadre de la confection du budget 2017, Maggie De Block prévoit 900 millions d'économies substantielles dans le secteur des soins de santé, dont 90 millions d'euros sur le budget des moyens financiers des hôpitaux dès 2016 qui passeront ensuite à 120 millions d'euros par an dès 2017 (plus les montants économisés sur les honoraires médicaux). À cela s'ajoute la réforme du financement des infrastructures des hôpitaux wallons. Le tout provoque une crainte par rapport au site hospitalier de Vivalia chez Philippe Courard, député PS au Parlement wallon, qui a fait part de ses questions au ministre wallon de la Santé.

La sécurité est une priorité absolue pour les Cliniques de l'Europe. L'Hôpital a donc développé une vision globale axée sur le personnel, mais aussi sur les patients. La réduction des accidents d'exposition au sang (AES ou NSI pour Needle Stick Injuries) fait partie intégrante de la politique de sécurité.

Des évolutions déstabilisantes modifient de manière radicale la manière dont les organisations et les personnes travaillent, et ce, tant au niveau des découvertes et des développements qu'en ce qui concerne la manière dont les produits et services sont fournis dans la pratique.