Tout sur Bruxelles

La commission de la Santé de la Chambre a adopté mardi, en deuxième lecture, le projet de loi organisant les hôpitaux en un maximum de 25 réseaux à l'horizon 2020, 13 en Flandre, 8 en Wallonie et 4 à Bruxelles, avec au minimum un réseau pour 400.000 habitants.

Les Cliniques universitaires Saint-Luc et la Clinique Saint-Jean vont exploiter ensemble leurs services de radiothérapie respectifs à partir du 1er juillet 2018.

D'après le rapport, la demande de soins a cru l'an dernier à l'UZ Brussel. Le nombre de consultations a ainsi augmenté de 2,3% par rapport à 2016, à 369.410. Quelque 30.330 admissions ont par ailleurs eu lieu, un chiffre stable comparé à 2016, alors qu'une hausse de 2,8 pc a été notée pour les arrivées aux urgences.

Alors qu'il met la dernière main à son plan santé, Didier Gosuin (Défi), ministre en charge de la Santé pour la Cocom (commission communautaire commune, Région bruxelloise) explique la politique qu'il va mettre en place en santé mentale dans la capitale suite au Livre noir de la FAMGB publié la semaine passée. Priorité aux réseaux et à la multidisciplinarité. Mais le manque historique de lits psychiatriques ne lui facilite pas la tâche. Il regrette le mille-feuille à la Belge qui morcelle les politiques de santé.

La mutualité socialiste révèle qu'en 2016, la facture hospitalière moyenne a continué d'augmenter pour les patients. Elle est passée de 461 euros en 2015 à 478 euros en 2016. En cause, les suppléments d'honoraires en chambre individuelle. L'organisme assureur veut les limiter par une loi.

Une étude menée par Solidaris démontre que les personnes de 65 ans et plus sont trop peu nombreuses à être vaccinées contre la grippe en Belgique, même si parmi cette population, les plus âgés et les plus malades de même que ceux qui ont un DMG auprès de leur médecin traitant sont davantage vaccinés. Elle relève en outre que le taux de vaccination de cette population a sensiblement diminué ces dernières années, en particulier en Wallonie et à Bruxelles.

Sept Flamands sur dix ont un DMG. A Bruxelles et en Wallonie, la moitié de la population en a un. En 2016, l'Inami a versé près de 220 millions d'euros pour les honoraires du DMG.

Le CHU Saint-Pierre nous indique que trois médecins de l'hôpital - les Drs Ninane, Rozenberg et De Villefagne - siégant dans l'assemblée générale ou en tant qu'administrateur - ne perçoivent aucune rétribution pour ces mandats.

Les 5 administrateurs politiques siégeant dans le bureau du CHU de Bruxelles (CHUB) - faîtière regroupant les hôpitaux de la Ville de Bruxelles - se partagent 164.385 euros par an. Etils ne sont pas une minorité à toucher une rémunération fixe. Ils sont 4 sur 5.

Senior Assist, exploitant de 34 maisons de repos installées principalement à Bruxelles et en Wallonie, doit faire face à une situation difficile. L'entreprise propose mettre à l'étalage un certain nombre de maisons de repos pour pouvoir contrer ses difficultés. La situation est fort délicate.

Aujourd'hui, 6 start-up sur 10 sont bruxelloises. L'eSanté représente 8% de l'écosystème santé bruxellois en 2015, contre 4% en 2004. Pour aider ces entreprises à grandir et à déployer leurs innovations, la Région a réussi à mettre en place depuis quelques années un accompagnement sur mesure. Bilan d'une recette à succès et maîtres-mots d'une feuille de route 2017 ambitieuse pour maintenir cette croissance: accélération, interopérabilité et internationalisation.

La Rythmic Clinic des Cliniques de l'Europe a acquis ces dernières années une solide expertise dans la prise en charge et notamment le traitement par ablation des arythmies cardiaques. Cette structure pluridisciplinaire est le premier pôle d'électrophysiologie cardiaque non-universitaire à Bruxelles.

D'années en années Bruxelles s'affirme comme une place forte de l'eSanté. Les entreprises fleurissent dans le domaine, et la capitale entend bien entraîner dans son sillon le reste de la nation. C'était d'ailleurs l'objectif du rassemblement autour de la mobile health du 12 janvier dernier: Health 2.0 Brussels.

En France, on en a entendu parler durant des semaines dans les médias, mais en Wallonie, la nouvelle mesure n'a pas fait grand bruit... Depuis la semaine dernière, les petits commerçants du sud du pays ne peuvent plus distribuer de sacs en plastique à usage unique. Et les pharmacies sont également concernées par cette mesure.